Créée en 1970 et reconnue d’utilité publique, la Fondation Claude Pompidou accompagne grâce à ses bénévoles et à ses établissements, les personnes fragilisées par la maladie, le handicap et le grand âge.

Journée exceptionnelle à Treignac

Publié le 15.12.2014

Brahim Asloum visite la MECS les Monédières pour une leçon de boxe aux mineurs étrangers isolés ©Petra Kallsback
Brahim Asloum visite le MECS les Monédières et invite les jeunes de l'établissement et les collégiens de Treignac sur le ring ©Petra Kallsback

La MECS les Monédières, spécialisée dans l’accueil des mineurs étrangers isolés, a vécu une journée exceptionnelle jeudi 11 décembre dernier grâce à la visite du champion de boxe, comédien et parrain de la Fondation Claude Pompidou, Brahim Asloum. Après avoir visité le centre, lieu de vie de 71 jeunes de 18 nationalités différentes ayant, pour la plupart, fuit des zones de guerre et de misère, il s’est rendu à la salle des fêtes du village où le Centre départemental de boxe de Bugeat avait installé un ring et préparé tout le matériel pour une leçon à ses jeunes licenciés ainsi qu’aux collégiens venus assister au spectacle.

Le temps d’un après-midi, Brahim Asloum s’est mué en sparring-partner de luxe pour le plus grand bonheur des jeunes présents. Parmi les résidents des Monédières, nombreux sont ceux qui boxent tous les samedis : ils représentent 80% de l’effectif global du centre départemental de Bugeat !

Après cette séance sportive et quelques photos dédicacées, la journée s’est achevée à l’école hôtelière  dépendant de l’établissement pour une soirée de Noël festive et décontractée. Jean-Louis Fargeas, président de l’association les Monédières a remercié Brahim Asloum pour sa simplicité et sa disponibilité soulignant que « le champion sera toujours un homme qui joue ».

Brahim Asloum quant à lui, s’est adressé tout particulièrement aux jeunes, les remerciant pour leur accueil. Il leur a rappelé, pour conclure, que leurs rêves leur appartenaient : « Je suis champion dans mon domaine, vous pouvez être champion dans le vôtre. (…) Les choses sont réalisables, pour être ici aujourd’hui, vous avez tout mon respect. Il faut vous battre encore et poursuivre vos rêves ».